Le blog de Victoire


6/04/'19

le feu au ventre

De t’abriter m’enlève, on dirait, toute capacité d’imperméabilité. Déjà la couche n’était pas bien épaisse, on pouvait deviner mes nerfs au travers de ma peau, déjà on pouvait voir par transparence mes vraies humeurs derrière le très fin masque arboré, mais aujourd’hui, te servant d’abri, je suis comme fondue avec le monde, étroitement collée, le nez dans la terre et des arbres me poussant au travers.

Je prends chaque mouvement frontalement.

C’est d’être devenue maison, que chaque chute devienne sérieuse puisqu’elle risque de t’atteindre, que la lumière te parvienne par rayons atténués et roses, que chaque bruit te fasse bondir aussi.

 

Je sursaute quand on me bouscule et dépose ma main là où tu te trouves. J’ai encore la paume plus grande que toi. J’ai la possibilité de tirer un grand rideau chaud sur ton corps en entier. Je te dis que tout va, que tout ira, que tu peux reprendre ta danse, ta nage, ton sommeil. Plus tard la même paume pour couvrir tes paupières seulement. Pendant que tu te rendors, je veille. À force d’aguets, des oreilles dressées me sont poussées par-dessus les miennes, de lynx, pointues et hautes.

 

Chaque seconde m’est plus aigüe, j’ai perpétuellement le dos rond.

Je me demande : est-ce que tu sens ce que je sens ? Es-tu poreux de ce que je sois poreuse, t’ennuies-tu toi aussi quand on s’ennuie près de moi, sens-tu comme moi la colère poindre quand on s’énerve à nos côtés, et l’excitation, et l’exaltation, et le froid, as-tu froid quand j’ai froid ?

 

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Non classé

1

Un commentaire pour “le feu au ventre”

  1. Le Secret du Feu en son Ventre … Le Secret de La Vie en son Sein … Le Mono/Dia-logue entre La Mère et L’Enfant … Essence d’Amour Fusionnel …

Laisser un commentaire