Le blog de Victoire


26/01/'18

Mise au point sur le Pacifique sud

Mise au point sur le Pacifique sud, et sur la prime chance de ne se réveiller puis de s’éteindre qu’avec vue sur lui. Les premiers jours, c’est le repos : à la largesse de l’océan se met, par mimétisme, celui de l’esprit ; on a de la place, semblerait-il, pour dix mille pensées ; oui mais tout le temps aussi, dirait-on, pour ne jamais les faire se confondre, ni se chevaucher. Et puis de savoir que les aimés dorment de leurs côté du monde – on espère profondément – alloue un temps inédit, finalement à soi, s’inquiéter de soi puisque l’autre viendra plus tard, et encore à moitié, quand le noir sera brutalement tombé sur l’horizon répétitif du Pacifique. Terre ! – avec de la joie et les yeux béants mais sans soulagement. Les premiers jours. Puis, doucement, quelque chose à l’intérieur se plaint de trop de régularité ; il lui faut de la roche, de la musique, du continent, des bras qui s’agitent ; c’est que l’esprit est extensible et se module à l’étendue ; de dix mille les pensées sont passées à millions superposées et les aimés, même endormis, se sont bien réveillés.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Non classé

0

Laisser un commentaire