Le blog de Victoire


11/08/'17

brève seconde de cet été

Elle sursaute en apercevant ma silhouette, attrape d’instinct la poignée puis tout de suite après soupire, soulagée. Ah, c’est toi, elle me dit. Elle a la serviette de douche mal nouée autour du corps. Il faut dire que ce qui nous lie tient les portes ouvertes. Que nous nous connaissons tant que nous nous voyons nues, même en vêtements. L’été. Et l’enfant qui, faute de pouvoir prononcer Victoire, me renomme ainsi : Histoire. Histoire, viens jouer avec moi. L’été. Et dans la mer ses longs cils agglomérés par le sel. L’été. Et puisque par principe on se refuse à la laine, et puisque par principe on se refuse au poêle, les réunions, en chansons, autour de ce qu’il peut rester des braises du dîner.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Non classé

0

Laisser un commentaire