Le blog de Victoire


21/06/'17

luxe de canicule, encore

J’aime bien voir dans les salles de bains, vite ôtés pour être renfilés le plus tard possible, ces minuscules petits tas de vêtements, qui chiffonnés tiennent entiers dans la paume d’une main. Etre au plus nus, tous, tous corps confondus. Au plus nus tous ces corps fondus qui s’éventent comme ils peuvent avec les nouvelles ou les encarts publicitaires. Qu’ils ne lisent pas, dont ils ne parlent pas, puisqu’il y a la chaleur à dire, avant tout, avant le reste. Comme si à dire le chaud à l’autre on pouvait se délester de quelques degrés. Et les nuits sans les nuits. Et les maisons sans dedans. Les fenêtres ouvertes H24, et alors les moteurs, dans les maisons, et aussi les odeurs, les conversations.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Non classé

0

Laisser un commentaire