Le blog de Victoire


2/01/'17

guidés par la lyre

Ici s’entame le nouvel an, un froid vif comme dans vivant, les pommettes aux couleurs de nos bouches, du même pourpre exactement. Devant la mer nous fermons les yeux pour les voeux, faisons craquer les os de coquillages grands comme nos mains. Notre hôte nous souhaite ce que l’on peut souhaiter de meilleur. Notre hôte s’appelle Eurydice, comme sa fille, Eurydice, comme sa mère, sa grand-mère, son arrière grand-mère Eurydice aussi. Je me dis c’est là une fantastique courbette aux Enfers, je me dis elles sont les plus rusées, je me dis retourne-toi tu peux Eurydice sera encore là si tu veux. Sur la route pour rentrer les forêts et les champs ne sont pas enneigés, pas verglacés non plus, juste saupoudrés, il précise, comme un petit gâteau.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Non classé

0

Laisser un commentaire