Le blog de Victoire


25/12/'16

Elle demande pourquoi la ville, y rester enfin pourquoi, je cherche un exemple et l’exemple n’est pas bien loin. Vendredi vingt-trois décembre, veille de veille de, des gants de laine sur le volant, au coude-à-coude avec les autres de la ville. Tourner, tourner, chercher, chercher, rouler très lentement. Je vois dans mon rétroviseur quelqu’un qui court après moi me faisant des grands signes, je m’arrête au croisement, fais descendre la vitre de gauche. Le garçon appuie ses coudes sur la porte, il dit je suis garé là à un kilomètre, la rue est gratuite et je m’en vais, je dis montez. Je regarde droit et lui pose des questions entre ses indications. En un kilomètre j’apprends qu’il est un numismate de la rue du midi, j’apprends ce qu’est un numismate aussi, j’apprends qu’il a repris l’affaire de son grand-père mourant qui sans ça serait mort bien avant, j’apprends que les gens ne collectionnent plus rien et que pour compenser dès lors il est graphiste aussi et puis sorteur de boîte de nuit. Il sent la fatigue et le musc, je devine qu’il a à peu près mon âge, je repère que ses yeux sont bleus mais il descend et j’ai déjà oublié son visage. Joyeux Noël dites, il ajoute claquant la porte. Moi je fais marche arrière et je me souviens pourquoi la ville.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Non classé

1

Un commentaire pour “–”

  1. C’est une scène qu’on aurait bien envie de dessiner… mais en pleine forêt on peut aussi faire de belles rencontres : )

Laisser un commentaire