Le blog de Victoire


2/03/'15

Entre nous, on aurait pu dire que rien n’était couru, ni même cousu, pas mois d’avance que de fil blanc. Parlant de couture, d’ailleurs, je pense que c’est arrivé à l’instant précis où je t’ai rencontré. Tu as dégrafé un pan de poitrine et tu t’y es immiscé. Je n’ai rien senti, pas tenté d’en découdre. C’est allé si vite. Ca faisait déjà partie de moi. Ça allait tellement de soi(e). Le reste a suivi. La température de mon sang, l’allure de mes battements. L’épilogue est nettement moins logique. Les coutures avaient disparu, les fils s’étaient dissous. Il a fallu que tu le reprennes d’un coup sec, que tu crées de force la plaie, me laissant amputée. D’un organe atypique, d’un amour organique. Amputée. Tu es de ces voyages dont on ne revient jamais, de ces pays dont on ne rentre pas. Mon amour, je n’en reviens pas de toi.

 

 

 

 

 

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Les proses

2

2 commentaires pour “”

  1. Magnifique <3

  2. <3

Laisser un commentaire