Le blog de Victoire


29/08/'13

vagabonds millionaires

Décalage horaire oblige, mes yeux s’ouvrent grand à quatre heure et demie du matin, ce jeudi. A., chiffonné par le même jetlag que moi, me rejoint à l’aube. On sirote ensemble un smoothie couleur mauve avant d’aller déposer quelques cartons dans cet endroit qui sera chez moi dès demain matin. J’arpente le quartier, souris déjà au sourire du pharmacien et arpente les rayons de l’épicerie du coin. Une petite lettre de bienvenue m’attends dans la boîte aux lettres toute neuve, je griffonne sur un morceau de papier un merci en retour que je glisse sous la porte de ma nouvelle voisine de palier. Une dizaine de minutes plus tard, elle sonne à ma porte; nous nous adoptons au premier regard je pense. Je lui fais visiter l’appartement vide, elle dit on dirait un endroit enchanté!, me fait visiter son nid à elle, décoré de bout en bout de meubles et de parfums indiens. On prend un verre d’eau sur sa terrasse, on discute brièvement de beaucoup de choses, de sa vie à Delhi qui lui manque terriblement, de son enfance à Copenhague, du quartier, des voisins. On ne se connaît pas mais elle s’enquiert déjà de mon sort, s’assure plusieurs fois que j’ai de quoi manger pour ce soir, entre l’appartement vidé et l’autre encore inhabité. En la quittant, je la remercie infiniment pour cet accueil de reine, et je lui promets de lui faire aimer Bruxelles qu’elle n’arrive pas à apprivoiser en échange de quoi elle jure de me faire goûter souvent sa cuisine indienne. J’ai passé la journée à faire les cents pas sur le parquet doré et à respirer sous la verrière. Certains de mes proches se demandent pourquoi j’exprime tellement d’urgence à être si vite installée pour de vrai, que mon nid soit confectionné en deux temps trois mouvements. En réfléchissant à la période de vie charnière dans laquelle je me trouve, celle où je n’ai pas la moindre idée de ce à quoi ressemblera demain, je comprends d’où vient cette hâte : c’est précisément parce que je ne sais pas où je vais que j’ai terriblement besoin de savoir où je reste.

 

 

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Boîte à histoires, Everyday's Love

1

Un commentaire pour “vagabonds millionaires”

  1. J’adore l’ambiance de votre post, la poésie de votre blog et surtout l’impatience exprimée à la découverte de votre nouveau chez vous.

Laisser un commentaire