Le blog de Victoire


22/04/'13

déficeler

Je reviens à l’instant du petit parc près de chez moi, celui qu’on ne devinerait jamais si l’on ne le connaissait pas, parce que niché entre une multitude de grandes avenues; celui avec les petits chemins, les montées et les descentes, les oiseaux et les bancs gravés d’épitaphes. J’y ai passé deux heures le visage exposé au soleil couchant, en sirotant un jus de fraises et en prenant de grandes inspirations pour déficeler de mes épaules les noeuds trop fermement noués d’une bien drôle de journée, d’une grande fatigue, aussi. Une dame est venue s’y installer, juste à côté de moi. Elle était accompagnée d’un monsieur très très âgé – je pense ne pas me tromper en affirmant qu’il frôlait la centaine – assis le dos légèrement courbé sur une chaise roulante. Il semblait perdu dans son immense manteau vert, on ne distinguait pas sa carrure, comme s’il ne possédait pas d’épaules. Son visage parsemé de sillons marquait l’expression de yeux qui ont beaucoup souri, de joues qui se sont souvent élargies. Je les ai écouté discuter pendant un long moment –  des oiseaux, des insectes, du miel, du ministre du budget – puis se taire pendant un instant encore plus long. Je suis un peu taiseux, lui a t’il confié d’un timbre hésitant, le silence c’est très bien, a t’elle répondu. Elle a enchaîné quelques cigarettes en s’excusant pour la fumée, puis elle lui a proposé de rentrer pour ne pas qu’il prenne froid… D’abord une première fois, il s’est contenté de baisser le regard. Puis une seconde, où il a osé mais c’est que je suis si bien. A la troisième reprise, il a acquiescé. Ils se sont mis en route et je l’ai entendu la remercier, j’ai compté : six fois. Sa voix ne tremblait plus.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Boîte à histoires, Everyday's Love

3

3 commentaires pour “déficeler”

  1. magnifique 🙂

  2. J’aime bien quand tu racontes. C’était toujours doux et tout comme si on y étais.

  3. Moi aussi j’ai quand tu racontes… J’avais l’agréable sensation d’être assise auprès de vous 3…

Laisser un commentaire