Le blog de Victoire


24/03/'13

c’est toi qui sais,

Parfois je m’effraie d’être la seule tenancière de ce qui se passe là – main sur le coeur – au creux de moi. D’être la seule à savoir vraiment, finalement, ce qui se trame sous ma peau. L’unique gardienne de mes émois. Il y a ceux qui ne me questionnent pas – ils n’ont pas le temps, ils oublient, ils s’en fichent ou ils ont déjà suffisamment de mal à savoir pour eux-même, alors. Il y a ceux qui demandent, et alors dis moi, comment tu vas, et à qui, dépendamment de la personne ou de l’instant, je ne réponds pas du tout ou alors partiellement avec ce qui peut se dire, justement. J’aspirerais tellement à ce que quelqu’un, quelque part, sache. Qu’il suffise qu’à distance il pense à moi pour entendre l’indicible. On dit souvent qu’on est toujours seul, au fond. J’oscille parfois entre l’idée qu’il s’agit bien là d’un manque à combler d’urgence en posant ses paumes contre les paumes de quelqu’un qui nous connaitrait mieux que nous même… Et la pensée que, bien au contraire, il s’agit peut-être de la seule chose qu’on possède à part entière, qu’on ne se doit pas de partager moitié-moitié, notre seul vrai trésor, notre unique richesse tangible, oui, au fond.

Et vous, de me répondre : c’est toi qui sais, Victoire.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Boîte à histoires

3

3 commentaires pour “c’est toi qui sais,”

  1. <3, parce qu'on ne peut pas cliquer 2 fois sur le cœur…

  2. Je me pose ce genre de questions parfois. Vaudrait-il mieux quelqu’un dans notre vie qui SAIT, qui SENT, sans avoir besoin de mettre des mots dessus, ou bien vaut-il mieux ne pas partager ça, le garder bien enfoui, de façon à ce que ça n’appartienne qu’à nous…

    (J’aime tes mots <3)

  3. Ce titre, auquel l’on voudrait répondre en criant, en rugissant, en déchirant la lune, en injuriant, en pleurant, en mouvement*.

Laisser un commentaire