Le blog de Victoire


16/11/'12

Pour raconter

D’aucuns doivent envisager cet étalage d’éléments de mon existence privée sur la sphère publique comme un total manque de pudeur, une absence de discernement ou encore un besoin inassouvi de reconnaissance. La vérité, c’est que je ne vis jamais aussi bien ma vie que lorsque je la raconte, je n’existe jamais aussi fort que dans la retranscription exacte de mes souvenirs les plus intenses. Je ne romance pas ma vie, je n’invente rien : c’est que mes jours prennent l’allure de fiction lorsqu’ils passent à travers mes yeux avides d’émerveillement, un filtre bien ajusté, qui s’empresse de ne noter que le beau pour laisser la noirceur de côté. Non, je me trompe. Je ne suis à vrai dire jamais autant inspirée que dans mes périodes d’extrême tristesse, mais là encore, lorsque tout est sombre, c’est ce qui en ressort d’admirable et d’esthétique qui me tient la tête hors de l’eau; des détails à relever pour, enfin, se redresser. C’est en vous relatant mes interactions avec le monde extérieur que je réalise à quel point elles ne sont que peu banales, c’est en vous dépeignant mon quotidien que je lui donne un rythme, un entrain. Il est vrai que je pose sur les choses un regard à la circonférence gigantesque, je repère des éléments infimes à des heures incongrues, je possède une aptitude d’observation à largeur d’océan. Je vous regarde interagir, je vous observe exister, et je m’empresse de tout noter sur un papier chiffonné. Là, dans le fond de ma poche, mon écriture mal soignée me permet de ne pas oublier. Je m’étudie également, c’est vrai, je suis attentive aux moindres de mes battements. Je ferme les yeux lorsque je me sens vibrer, et je songe à la manière dont je vais vous le relater. Je pense que si j’existe, oui, c’est en tout ou en partie pour vous raconter. Et c’est pour vous raconter que je me dois profondément d’exister. 

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Boîte à histoires

5

5 commentaires pour “Pour raconter”

  1. Je trouve que cet étalage dont tu parles s’apparente beaucoup plus à un partage.

    Merci de nous faire partager tes instants de vie dessinés par tes mots magiques.

  2. C’est beau c’que tu dis. N’arrête jamais de raconter, s’ilteplaitmerci.

  3. Merci mesdemoiselles.

  4. D’aucuns doivent se dire que c’est tellement chouette que ta plume retranscrive si bien la vie et vienne nous la faire partager ici!

  5. Dans ces moments où mon sens vacille, tremble de tout son corps, je me rappelle ces moments où ta conviction m’habitait aussi. Et je me dis que remonter à nouveau, c’est retrouver ma voix. Alors, racontons, contons gaiement.

Laisser un commentaire