Le blog de Victoire


29/05/'12

Je refuge.

Je n’avais jamais songé à la concordance des mots refus et refuge. Maintenant que c’est chose faite, tout fait sens :  les abris de fortune, comprenez les bras ou les draps, pour faire barrage contre les avalanches; les aléas, les fracas.

L’appartement minuscule et l’excès de couvertures accumulées pour sentir un poids au dessus de moi, le lait brûlant, les jeux de pistes, l’idéalisme à toute épreuve presque autant que l’insatisfaction – trop souvent manifeste –   l’écriture irrégulière, les livres pour enfants qui prennent le pas par rapport aux pages que l’on tourne « à mon âge » sont autant de refuges / de refus face au caractère inéluctable du temps qui s’effiloche. Avec lui traînent les grandes illusions morcelées que l’on ne veut pas se résoudre à enjamber. Et préférer les étoiles filantes aux instants filants.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Boîte à histoires

4

4 commentaires pour “Je refuge.”

  1. Je me demanderais toujours par quelle formule magique, quel tour de passe-passe tu déposes des mots ici qui sont pile à la taille de mes failles… Et je ne sais jamais comment te dire merci…

  2. <3

  3. Trois lettres, deux virgules de toi, et la boule qui creuse le ventre déjà. Je ne comprendrai jamais comment tu fais, mais c’est surement bien mieux comme ça.

  4. Beaucoup de sensibilité et de poésie dans cet article !

Laisser un commentaire