Le blog de Victoire


28/03/'12

Le livre à l’ère du numérique,

Une demoiselle m’a demandé il y a quelques jours, pour les besoins d’un magazine, de donner mon avis sur le livre à l’ère du numérique.

Loin de moi l’idée poussiéreuse de prôner les retours des choses « à l’essentiel ». Je suis une pure souche de la génération Y, j’ai en ma possession la plupart des technologies propres à notre temps. Je tiens un blog depuis l’âge de treize ans, et si l’écriture fait partie intégrante de mes journées, c’est toujours sur un écran que je couche mes mots. J’accumule les carnets vides, mes stylos s’endorment, et pour cause : je tape sur un clavier aussi rapidement que filent mes pensées. Sur papier, j’écris si lentement que j’en oublie la plupart de mes idées.  Oui, mais le livre à l’ère du numérique, c’est encore autre chose.

Charles Dantzig, dans son ouvrage « pourquoi lire », affirme : « Un bon lecteur écrit en même temps qu’il lit. Il entoure, raie, met des appréciations dans toutes les interstices laissés libres par l’imprimeur. (…) Les pages de garde et les marges sont bourrées de lignes manuscrites qui courent comme des lombrics dans tous les sens, jusque dans les marges intérieures ; (…). Un bon lecteur est un tatoueur. Il s’approprie, tant soit peu, le bétail des livres ».

Plus que l’idée de griffonner entre les pages d’un livre, ce que je retiens ici c’est l’idée de se l’approprier. Croquer les pages, souligner les passages, sentir (pour le parfum, pour le toucher) le papier. Regarder sa bibliothèque, s’en sentir fier, classer ses livres par ordre alphabétique, par ordre de préférence, par ordre de couleur. Oui, s’approprier un livre, c’est bien de cela dont il est question. Hériter d’un livre, s’en voir offrir un autre. Sur la page de garde, parfois, un mot manuscrit à notre attention, « j’ai pensé à toi, j’espère que cela te plaira » ; voilà des objets qui renferment bien d’autres histoires que celles « simplement » données à lire. Un livre à l’écran n’attend rien d’autre que d’être consommé, puis oublié. Il n’appartient à personne, et n’en a pas la volonté.

Partager sur Facebook, Twitter & catégorie(s) : Everyday's Love

0

Laisser un commentaire